Ateliers Pré Congrès

Ateliers programmés le matin (9h30-12h00)

Atelier « Construction de la VIP (Visite d’Information et de Prévention), pourquoi, comment ! »

Animateurs-conférenciers : Cyril Castel (Infirmier santé travail au GEST 05, Gap), Gérald Magallon (médecin du travail, GEST 05, Gap)

Descriptif de l'atelier :

La Visite d’Information et de Prévention (VIP) ne doit pas être simplement une façon différente de nommer la visite médicale du travail !
Elle pourrait être l’occasion de construire un véritable outil de suivi médical individuel intégrant la promotion de la santé et de la prévention des risques.
Pour cela, cet atelier propose de partir du texte réglementaire qui fixe 5 objectifs principaux à la VIP (interroger sur la santé, informer sur les risques du poste, sensibiliser sur les moyens de prévention, identifier la nécessité d’une orientation vers le médecin du travail, informer sur les modalités du suivi médical) et appliquer la méthodologie de conduite de projet pour répondre à ces 5 objectifs.
Méthodologie incluant le « pourquoi faire » (objectifs), le « comment faire » (protocole) et l’« évaluation » (indicateurs de moyens  pour le suivi du processus, et de sa qualité  et les indicateurs de résultats  permettant de suivre l’impact de ces VIP sur les objectifs attendus).
Après un partage des points clés théoriques, la pédagogie utilisée proposera de répartir les 5 objectifs sur 5  groupes de 5 ou 6 (un objectif par groupe) pour que chaque groupe reformule éventuellement les objectifs, conçoive le comment faire avec la manière de saisir les données permettant d’assurer le suivi individuel mais aussi le suivi de la qualité du processus  et les données permettant d’évaluer l’impact de ces VIP sur la connaissance de la santé de la population suivie et sur la possibilité d’intégrer des aspects de promotion de la santé  (niveau de sensibilisation à la connaissance des risques et à la prévention à mettre en œuvre….) et sur la détermination du rythme de suivi ultérieur…
Puis rassemblement du travail des groupes pour en faire une synthèse de type consensus en guidant le consensus à l’aide soit de référence de bonnes pratiques quand elles existent ou de pratiques ayant montré leur résultat et leur efficience (temps d’échanges sur les pratiques professionnelles en vigueur).

Nombre maximum de participants souhaités :
30 personnes. Cet atelier pourrait être dupliqué l’après-midi si nécessaire.

Atelier « Consultation de souffrance au travail : principe, but, organisation, résultats »

Animateur-conférencier : Frédéric Deschamps (CHU Reims).

Descriptif de l'atelier :

De nombreuses circonstances professionnelles (changement d’organisation, hiérarchie, modification du contenu des tâches, nouvelles techniques…conduisent à générer un sentiment d’incapacité, de défit impossible à relever…
La consultation de souffrance au travail a pour dessein d’aider le salarié à trouver la proposition la plus adaptée pour retrouver un élan vital et redevenir le décideur de son avenir professionnel.
Il est nécessaire d’identifier le but à atteindre en fonction de la situation dans laquelle le salarié évolue (Coping ou faire face, rupture conventionnelle, écoute assertive…).
Cette prise en charge complémentaire en concertation avec le réseau de soins doit se poursuivre, jusqu’à l’identification d’une solution professionnelle, et sa mise en œuvre.
Le contenu de la consultation est formalisé par un compte rendu synthétique proposant à l’ensemble des protagonistes (médecin du travail, réseau de soins...) une stratégie globale à adopter, incluant clairement et successivement les actions de prévention, et les possibilités (ou impossibilités) offertes au salarié de poursuivre son activité professionnelle à un poste potentiellement adapté.

Nombre maximum de participants souhaités :
20 personnes. Cet atelier pourrait être dupliqué l’après-midi si nécessaire.

Atelier « Diabète et travail »

Animateurs-conférenciers : Gérard Lasfargues (Professeur de médecine et santé au travail Université Paris-Est Créteil), Marie-Françoise Lamotte (diabétologue, CHU Marseille), une intervenante du service social et juridique de la Fédération des diabétiques.

Descriptif de l'atelier :

La prise en charge des diabètes de type 1 et de type 2 et les modalités thérapeutiques de ces pathologies chroniques ont beaucoup évolué ces dernières années. Parallèlement les évolutions réglementaires au niveau européen et national, comme par exemple celles sur les permis de conduire ou encore sur l’évaluation des handicaps, ont des conséquences sur la vie professionnelle et sociétale des patients.
Les principaux objectifs de cet atelier sont les suivants :
- donner aux professionnels de santé au travail des informations d’actualité sur les diabètes de type 1 et 2 (nouveautés thérapeutiques et dans la prise en charge);
- fournir, à partir de cas illustratifs pratiques, des éléments sur l’évaluation des situations de travail et risques des diabétiques pour aider les médecins du travail dans la gestion de situations d’urgence (hypoglycémies…), dans leur fonction de conseiller sur l’évaluation des risques et sur les problématiques d’aptitude/inaptitude ou l’accompagnement des parcours professionnels.

Nombre maximum de participants souhaités :
80 personnes. Cet atelier pourrait être dupliqué l’après-midi si nécessaire.

Atelier « Evrest, MCP, Rnv3p & Sumer : complémentarité des systèmes »

Animateurs-conférenciers : Laetitia Rollin (Centre pathologie professionnelle du CHU de Rouen), Juliette Chatelot (Santé Publique France, Saint-Maurice), Isabelle Vanrullen (Anses, Maisons-Alfort), Thomas Coutrot (DARES, Paris), Martine Léonard (DIRECCTE Grand-Est, Nancy).

Descriptif de l'atelier :

Mieux connaitre les différents systèmes impliqués dans la veille sanitaire et leur complémentarité. Utilisation des données de ces différents systèmes à l’échelle collective et à l’échelle des services notamment dans le cadre de la construction des projets de service.

Nombre maximum de participants souhaités :
80 personnes. Cet atelier sera proposé uniquement sur le créneau du matin.

Atelier « GIMS (Groupement Interprofessionnel Médico-Social) - Le jeu, une manière ludique de sensibiliser les salariés à la prévention des risques »

Animateurs : Sandrine Muller (Responsable du Pôle Technique au GIMS, Vice-présidente de l’AFISST, Marseille), Sabrina Rosin (Formateur-IPRP GIMS)
Conférenciers : Benoît Carpier (KESKI, consultant formateur, Montigny-le-Bretonneux), Nathalie Desportes (2J PROCESS, commerciale, Aix en Provence).

Descriptif de l'atelier :

Le jugement globalement porté sur l’efficacité de la formation professionnelle est particulièrement sévère, seulement 24% des personnes interrogées la considère efficace.
Les nouveaux concepts au travers du jeu peuvent rendre la formation plus ludique et attractive, permettant une meilleure compréhension et assimilation.
Le salarié intègre le fait que ses décisions influencent la réussite de sa mission et ont directement des impacts sur sa santé.
L’atelier est construit autour de 2 présentations et mises en situation des participants autour :

  • D’un jeu de plateau KESKIRISK
  • De Serious Game 3D et en réalité virtuelle.

Qui seront suivies d’une réflexion avec les participants sur l’opérationnalité de ces outils dans les sensibilisations des SSTI afin de promouvoir la santé.
Est-ce pertinent, si oui, comment l’utiliser ?

Nombre maximum de participants souhaités :
20 personnes. Cet atelier pourrait être dupliqué l’après-midi si nécessaire.

Atelier « GIT (Groupement des Infirmiers de santé au Travail) - La réforme de la santé : un tournant pour la profession d’Infirmier de Santé au Travail »

Animateur : Catherine Chazette (GIT, Grenoble).
Conférenciers : Nadine Rauch (GIT, Paris), Valérie Vauris (GIT, Rouen), participation d’un juriste.

Descriptif de l'atelier :

Le métier d’infirmier (IDE) est régi par des textes réglementaires qui définissent précisément les actes et les missions que la profession a le droit d’exercer. Le code de déontologie confirme le cadre d’exercice permettant ainsi à l’infirmier d’affirmer son rôle propre, et les limites de son champ d’action.
Comme toute spécificité, la santé au travail nécessite une formation adéquate de qualité et diplômante. En effet pour exercer de manière efficiente dans le monde du travail, l’infirmier de santé au travail (IST) se doit de connaitre les spécificités des risques professionnels, notamment en termes de conséquence pour la santé, mais également en matière de prévention.
Depuis la Réforme de la santé au travail, des catégories de salariés sont uniquement suivis par les IST, c’est pourquoi les compétences requises pour exercer doivent être solides et pluridisciplinaires tant en matière de santé au travail, de conditions de travail que d’organisation de travail.
De plus, si les conditions de travail impactent le corps, l’organisation du travail impacte le psychisme.
Depuis 2012, la législation a bousculé les habitudes, revisitant les compétences de tous les acteurs de prévention, redistribuant le rôle de chacun tout en confirmant l’indispensable travail en équipe.
Le cadre réglementaire évoluant et les organisations de travail étant de plus en plus mouvantes, la profession ne peut s’appuyer uniquement sur des protocoles pour exercer son métier.
La coopération médecin / infirmier est plus que jamais d’actualité car elle permet une prise en charge globale des salariés. Il est primordial de souligner que cette coopération doit s’appliquer quel que soit le lieu d’exercice de l’IST dans l’intérêt des salariés et de l’entreprise.
Ces changements ont été à l’origine de situations de travail dégradées. Les facteurs de risques psychosociaux principalement mis à jour sont les suivants :
•    Une identité professionnelle dans laquelle les infirmiers ne se retrouvent plus en raison des exigences administratives imposées au détriment des missions propres.
•    Une souffrance éthique en lien avec des objectifs de production rationalisés.
•    Une disqualification sociale ressentie par les IST exerçant en Service d’entreprise, qui se doivent d’assurer le secrétariat de leurs collègues infirmiers des Service Inter Entreprise, de devoir laisser leur bureau lors des Entretiens Infirmiers, alors que la plupart connait mieux l’entreprise que leurs collègues des services inter.
Le Groupement des Infirmiers de Santé au travail, dans un premier temps, présentera un récapitulatif du rôle propre de l’IDE et le transposera aux textes récents qui régit la profession d’IST.
Dans un second temps, au regard des retours d’expériences, positifs et/ou négatifs, nous proposerons des échanges avec la salle, avec le soutien d’un juriste.
Le GIT pourra alors élaborer un recueil de données afin d’établir un guide de bonnes pratiques, une méthodologie de travail, permettant à la profession de trouver le juste équilibre, dans une organisation de travail tel que les textes de la Réforme de santé les prévoient et tel qu’ils devraient être appliqués dans l’intérêt des salariés et des entreprises.

Nombre maximum de participants souhaités :
30 personnes. Cet atelier pourrait être dupliqué l’après-midi si nécessaire.

Atelier « INRS - Actualités sur les maladies professionnelles en 2018 »

Animateurs-conférenciers : Anne Delépine (INRS, Paris), Dominique Faucon (TCI Rhône-Alpes, Lyon), Valérie Louvet (CPAM Ain en détachement à la CNAMTS, Bourg en Bresse), Philippe Petit (CNAMTS, Montreuil).

Descriptif de l'atelier :

Le médecin du travail, ou de prévention dans la Fonction publique, et de façon plus générale les acteurs des services de santé au travail sont de plus en plus souvent sollicités, autant par les travailleurs que par les employeurs, sur les procédures de déclaration en maladie professionnelle et sur le contentieux que les réponses des organismes de sécurité sociale peuvent soulever. Pour les salariés du régime général et les assurés du régime agricole, une maladie professionnelle doit « être désignée dans un tableau de maladies professionnelles et être contractée dans les conditions définies par ce tableau ou satisfaire aux autres critères de reconnaissance établis par la loi n° 93-121 du 27 janvier 1993 ». Pour les fonctionnaires, l'Ordonnance n°2017-53 du 19 Janvier 2017 (https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000033893576&categorieLien=id) rend la réglementation sur la reconnaissance des maladies professionnelles identique à celle du régime général. Les décrets d'application, attendus pour fin 2017, devraient en préciser les modalités pratiques.
Objectif : cet atelier a pour but de rappeler les critères d’une maladie professionnelle ou d’une maladie contractée en service, les procédures à effectuer et le rôle que le médecin du travail, ou de prévention, ainsi que les autres acteurs de la santé au travail peuvent avoir pour conseiller et accompagner le salarié ou le fonctionnaire dans ces démarches. Seront reprises aussi les dernières modifications des tableaux.

Nombre maximum de participants souhaités :
50 personnes. Cet atelier sera proposé uniquement sur le créneau du matin.

Atelier « INRS - L’enjeu de la multiexposition en milieu de travail »

Animateurs-conférenciers : Laureline Coates (INRS, Paris), Bénédicte Larocca (INRS, Lorraine), Frédéric Clerc (INRS, Vandoeuvre).

Descriptif de l'atelier :

La multi-exposition aux substances chimiques est une situation courante en milieu du travail. Or les effets possibles d’un mélange peuvent être difficiles à appréhender, et en matière de prévention, certaines situations à risques peuvent passer inaperçues. Après une mise au point sur les enjeux de la multi-exposition en milieu professionnel, cet atelier a pour objectif de présenter un outil d’aide à l’évaluation du risque chimique en cas de multi exposition : MiXie France, en s'appuyant sur des exemples pratiques de terrain. Cet atelier s’adresse à tous les préventeurs : médecins du travail, infirmiers en santé au travail, ingénieurs en prévention des risques professionnels, … Le but est d’apporter au préventeur des pistes concrètes pour l'aider à prendre en compte la multi exposition dans sa démarche de prévention.

Nombre maximum de participants souhaités :
80 personnes. Cet atelier pourrait être dupliqué l’après-midi si nécessaire.

Atelier « INRS - Travail posté et de nuit : les fondamentaux pour prévenir »

Animateurs-conférenciers : Marie-Anne Gautier, Laurence Weibel (INRS, Paris).

Descriptif de l'atelier :

Cet atelier a plusieurs objectifs.
Tout d’abord, au travers de présentations théoriques, apporter des connaissances sur ce qu’est « l’homme rythmique » et comprendre ainsi le principe de la chronobiologie et les conséquences sur la santé du travail de nuit et du travail posté. Puis de présenter et d’expliquer ce que sont les avantages et les inconvénients des différents types de rotations (3*8, 4*8, 2*12, nuits fixes, …) et d’appréhender ainsi leurs répercussions spécifiques tant en termes de santé que sur la vie familiale, sociale ou dans l’entreprise.
Enfin, une présentation des modes d’action concrets en prévention primaire et secondaire sera faite et illustrée à partir d’exemples mis en place en entreprise.
Les échanges autour des actions de prévention permettront d’alimenter les réflexions et les apports de connaissance autours de ce sujet.

Nombre maximum de participants souhaités :
80 personnes. Cet atelier sera proposé uniquement sur le créneau du matin.

Atelier « Les incontournables pour une ergonomie appliquée au service de la prévention des Troubles Musculosquelettiques »

Animateur : Jean-Pierre Zana (EUROGIP, AFNOR, Paris)
Conférenciers : Jean-Claude Besson (ARKEMA, Lyon), Isabelle Blondel (TECHNIPFMC, Le Trait)

Descriptif de l'atelier :

L’atelier s’appuie sur un travail pédagogique initié en 2006 dans le cadre du comité technique national de la chimie. Il s’est prolongé dans différentes entreprises dont certaines viendront témoigner. Au travers de diagnostic ergonomique et de formation de référents en ergonomie appliquée, ces entreprises poursuivent l’appropriation de la prévention des troubles musculosquelettiques (TMS) depuis plus de 5 ans. Le maintien dans l’emploi et le retour à l’emploi font partie des orientations actuellement mises en place.
L’atelier proposera méthodes et outils qui aujourd’hui sont la base de l’analyse de l’activité et de l’évaluation des facteurs de risques de TMS. Ils s’appuient sur les normes en ergonomie et sont à la portée de toutes les parties prenantes de l’entreprise. Ils permettent aujourd’hui à des référents formés sur les sites industriels, les sièges sociaux et les directions techniques de concevoir ou de reconcevoir des situations de travail et des postes de travail en tenant compte des principes ergonomiques recommandées par la dernière directive machine européenne.
- Transmettre à l’entreprise les incontournables nécessaire à leur appropriation de bases en ergonomie appliquée ;
- Permettre aux acteurs de l’entreprise de participer de façon active à l’évaluation de leurs niveaux d’expositions aux risques de TMS ;
- Comprendre les liens étroits entre charge physique et mentale ou lien psychosomatiques fondements des TMS.
- Aborder les facteurs psychosociaux sans risque.
L’atelier s’appuiera sur des travaux réalisés dans des entreprises françaises aujourd’hui autonomes dans la pratique de l’ergonomie ainsi que sur les réalisations de la campagne TMS lancée par la CNAMTS depuis 2014, et notamment la méthode d’analyse de la charge physique de travail développée par l’INRS.

Nombre maximum de participants souhaités :
50 personnes. Cet atelier pourrait être dupliqué l’après midi si nécessaire.

Atelier « Méthodologie de projet appliquée en santé au travail – Comité Régional d’Education pour la Santé (CRES) - PACA »

Animateurs-conférenciers : Amandine Vallerian (CRES PACA, Marseille)

Descriptif de l'atelier :

Sous la forme de techniques d’animation participatives, le Comité Régional d’Éducation à la Santé PACA (CRES PACA) propose une initiation à la méthodologie de projets.
L’atelier permet aux participants de découvrir les différentes étapes de la méthodologie de projet telle qu’elle est appliquée en prévention et promotion de la santé. Cette initiation est adaptée au contexte et aux spécificités de la santé au travail. Elle vise à orienter les participants vers une méthode permettant d’améliorer le travail en équipe, de mieux définir les objectifs et l’évaluation d’un projet de prévention en santé au travail.
Les référentiels utilisés sont le CD-Rom « Méthodologie ou évaluation d’action ou de programme de santé publique » en accès libre sur le site du CRES PACA, et l’ouvrage « 25 techniques d’animation pour promouvoir la santé ».

Nombre maximum de participants souhaités :
80 personnes. Cet atelier pourrait être dupliqué l’après-midi si nécessaire.

Atelier « Reliance et travail / F.A.C.E. Prévention - Intervenir durablement sur les risques psychosociaux : retours d’expériences collaboratives et propositions de développement »

Animateurs : Nadège Guidou (AST74 / Reliance et travail, Annecy), Gauthier Bellagamba (F.A.C.E Prévention / EA3279, Puget sur Argens).
Conférenciers : Magali Manzano (ST72, Le Mans), Béatrice Langer (SMIA/AFISST, Angers), Elise Rabillard-Griffoni (GIMS, Marseille), Virginie Jullin (AST74, Annecy).

Descriptif de l'atelier :

Depuis quelques années les RPS sont entrés dans le quotidien des SST. Aux compétences des médecins et de leurs équipes sont venues s'ajouter celles d'IPRP spécialisés. Psychologues, psychosociologues et ergonomes travaillent désormais aux cotés des professionnels de santé au travail, venant ainsi enrichir les pratiques mais aussi parfois les questionner et les bousculer. En parallèle, les situations dans les entreprises se sont complexifiées, exigeant des professionnels de santé au travail d'adapter leurs modes d'intervention aux contextes nouveaux auxquels ils sont confrontés.
Au travers de présentations de différentes modalités d'interventions déployées dans les SST, les orateurs vous inviteront à débattre de ces nouvelles pratiques, des enjeux en termes de prévention et de santé, dans le but d'ouvrir de nouvelles perspectives d'actions.

Nombre maximum de participants souhaités :
80 personnes. Cet atelier pourrait être dupliqué l’après-midi si nécessaire.

Atelier « Surveillance en santé au travail des salariés soumis à une contrainte hyperbare »

Animateurs-conférenciers : Brice Loddé (CHRU Morvan, Brest), Mathieu Coulange (CHU Sainte Marguerite, Marseille).

Descriptif de l'atelier :

Exercer une activité professionnelle au cours de laquelle les salariés sont exposés à une contrainte hyperbare expose à de nombreux risques sanitaires.
Les professionnels de santé chargés de la surveillance de ces opérateurs sont par conséquent très attentifs aux signes d’altération sanitaire et de maladies pouvant avoir une influence sur l’aptitude médicale à un poste à contrainte hyperbare.
D’un point de vue réglementaire, les textes ont beaucoup évolué depuis les années 1990 laissant dorénavant une grande latitude au médecin du travail pour organiser le suivi le plus approprié à ces professionnels.
Il a, en outre, le devoir d’être à jour des connaissances scientifiques relatives aux effets sur la santé d’une contrainte hyperbare délétère.
A sa disposition, existent, en ce sens, des recommandations sur la surveillance sanitaire des travailleurs hyperbares. Ces dernières datent de juin 2016.
Au cours de cet atelier de travail, nous prendrons en exemple des cas pratiques dans le but d’illustrer ces recommandations et ainsi refaire le point sur les particularités de ces métiers hyperbares.

Nombre maximum de participants souhaités :
30 personnes. Cet atelier sera proposé uniquement sur le créneau du matin.